photo_practice

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

dr-sorensen

Comment arrive-t-on à jouer au Carnegie Hall? La pratique. Beaucoup de pratique. Comment arrive-t-on à ouvrir son propre cabinet dentaire? « De la même façon », affirme le Dr Brett Sorenson, dentiste de Calgary, âgé de 30 ans, et propriétaire d’un cabinet depuis 2011.

Pour réaliser cette étape importante, il a travaillé à pourcentage pendant quatre ans en effectuant de longues journées de travail. Il a entre autres développé de bonnes relations interpersonnelles et tiré des leçons précieuses du dentiste principal, son mentor, pour qui il travaillait.

Il comprend la frustration de terminer ses études avec de lourdes dettes et de devoir travailler avec d’autres dentistes pendant plusieurs années. « Le fait de travailler à pourcentage m’a toutefois aidé de maintes façons et pas seulement au niveau financier. J’ai appris beaucoup de choses qui m’ont été utiles lorsque j’ai ouvert mon propre cabinet. »

« En ouvrant mon cabinet, mon plus grand défi était l’inconnu, poursuit-il. Les facultés de médecine dentaire nous enseignent à effectuer des traitements dentaires, non pas à gérer une entreprise. J’ai consulté des dentistes chevronnés pour obtenir des conseils en termes d’expertise dentaire et en affaires. »

« La tâche quotidienne du propriétaire d’un cabinet dentaire peut devenir épuisante si vous n’avez pas un bon équilibre entre votre vie professionnelle et personnelle, ajoute-t-il. En bout de ligne, vous êtes responsable de tout, et, quel que soit le nombre de vos patients, vous devez quand même payer les frais de votre entreprise. »

S’accorder du temps pour sa vie personnelle et s’adonner à des activités en dehors de la dentisterie, notamment faire du conditionnement physique et du vélo de montagne, aide le Dr Sorensen à maintenir un bon équilibre entre son travail et sa vie personnelle.

Le Dr Sorensen dirige une équipe de huit employés et collègues, tout en s’occupant des ressources humaines pour la première fois. Il admet qu’il peaufine encore son style de leadership. « Certains styles fonctionnent alors que d’autres ne fonctionnent pas, alors j’ai dû m’adapter », dit-il.

« Un autre défi est de ne pas dépenser à outrance pour les frais généraux, remarque-t-il. Les temps changent et beaucoup trop de dentistes travaillent dans les mêmes communautés. Auparavant, il suffisait de partir à son compte et des patients se présentaient à votre cabinet. Maintenant, il faut faire de longues journées de travail et offrir des rendez-vous en soirée. »

Il n’est plus possible de prendre un long congé d’un mois, comme le faisaient auparavant les dentistes, car, de nos jours, les patients peuvent facilement prendre rendez-vous chez un dentiste concurrent bien connu.

« Vous vous demandez si vous faites les bonnes choses, dit-il. Combien devrais-je dépenser pour faire imprimer des dépliants publicitaires à l’ère de l’Internet? À partir de quel moment me faut-il un budget de marketing? Combien d’annonces faut-il publier et où dois-je faire passer ces annonces? »

Le Dr Sorensen se demandait également s’il en faisait assez pour se préparer à la retraite de ses rêves. « Après avoir travaillé fort durant vos études et fait des sacrifices, vous voulez vous payer quelques luxes, alors pour répondre à la question suivante : Quel genre de mode de vie puis-je me permettre d’avoir maintenant sans compromettre le mode de vie que je souhaite avoir à la retraite?, j’ai consulté des conseillers financiers chevronnés. »

À son avis, certains diplômés dentaires ont des attentes trop élevées au début de leur carrière, souhaitant notamment avoir un gros cabinet en ville. Il les encourage à puiser dans toutes les ressources à leur disposition, y compris consulter des dentistes établis pour  « se renseigner sur le coût réel pour mettre sur pied un cabinet dentaire et le nombre d’heures de travail nécessaires pour réussir. »

Renseignez-vous sur comment le CDSPI peut vous aider lorsque vous ouvrez votre propre cabinet dentaire.