photo_growing

Faire fructifier votre nouvelle monnaie

Les dentistes immigrants enrichissent la profession dentaire canadienne de nombreuses façons. Cependant, certains dentistes nouvellement arrivés peuvent avoir du mal à trouver leurs repères en matière de planification financière au Canada, car celle-ci peut différer considérablement de ce qui est offert dans d’autres pays. Heureusement, pour les personnes qui entreprennent une nouvelle carrière de dentiste ici, des experts peuvent vous renseigner, comme Archie Pedden, conseiller en planification de placement auprès du CDSPI Services consultatifs Inc.

Les questions de planification financière, notamment le niveau d’endettement, l’établissement des objectifs, l’achat d’une maison, les études futures des enfants, l’acquisition d’un véhicule et les difficultés financières imprévues, sont chose courante pour bon nombre de personnes, mais un dentiste qui vient de s’installer au Canada ne connaît pas nécessairement les options financières qui lui sont offertes en cas de besoin.

« Nous sommes prêts à aider ces dentistes à profiter des nombreux programmes de placement, des abris fiscaux et des mesures à prendre pour atteindre leurs objectifs et éviter qu’ils ne soient aux prises avec des situations financières désagréables dès le départ ou à l’avenir », explique Archie Pedden, qui compte dix ans d’expérience dans le secteur des banques et des institutions financières.

Il devient intarissable lorsqu’il est question du CELI – compte d’épargne libre d’impôt – « qui est un véritable abri fiscal; aucun impôt n’est prélevé sur les placements pendant qu’ils sont dans le régime ni lorsqu’ils sont retirés, déclare-t-il. Il s’agit d’un produit formidable pour les dentistes pour épargner en vue d’un achat, une automobile par exemple ou une mise de fonds sur une maison », souligne-t-il.

Les REER (régimes enregistrés d’épargne-retraite) peuvent également être intéressants pour les nouveaux dentistes. Un REER permet de sélectionner des placements pour épargner en vue de votre retraite. Tant qu’ils demeurent dans le régime, ces placements sont exonérés d’impôt. Les placements dans un REER permettent également de réaliser des économies d’impôt immédiates, car les cotisations au régime réduisent le revenu imposable du participant.

« En commençant à cotiser à votre REER le plus rapidement possible, les cotisations permettent de réaliser des économies d’impôt ─ qui peuvent représenter des milliers de dollars par année jusqu’au départ à la retraite, souligne Archie Pedden. Il s’agit d’une des options de placement les plus intéressantes offertes aux dentistes nouvellement installés au Canada. »

« Un REEE (régime enregistré d’épargne-études) permet d’investir un maximum viager de 50 000 $ par bénéficiaire pour payer les études postsecondaires, explique Archie Pedden. Il s’agit d’une excellente façon de mettre vos placements à l’abri de l’impôt et d’obtenir une subvention du gouvernement pouvant aller jusqu’à 7 200 $ pour bonifier les fonds mis de côté pour payer les études de vos enfants. »

Le régime d’accession à la propriété est une autre option offerte aux nouveaux dentistes qui veulent acheter une première maison au Canada. Le programme permet de retirer jusqu’à 25 000 $ du REER pour effectuer une mise de fonds. « À l’obtention de leur diplôme, les dentistes ont en général accumulé une dette de 100 000 $, dit-il et les dentistes nouvellement arrivés peuvent avoir des préoccupations additionnelles sur le plan financier en raison de leurs connaissances insuffisantes. »

« Nous avons l’habitude de préparer des budgets individuels et des plans financiers personnalisés pour les dentistes qui viennent d’arriver au Canada, insiste Archie Pedden. Les conseillers des institutions financières peuvent se trouver en conflit d’intérêts puisque leur rémunération est liée à la vente de certains produits. Nos experts ne touchent pas de commissions; ce sont des salariés qui fournissent des conseils objectifs* exclusivement aux dentistes et aux membres de leur famille. »

* Des restrictions s’appliquent aux services consultatifs dans certaines juridictions.